Artistes empêchées

  • Genre : Essai/Revue
  • ISBN : 979-1097042141
  • Nombre de pages : 252
  • Format : 15,5 x 22 cm 

Diplômées est une revue de l’Association Française des Femmes diplômées de l’Université. Dans le cadre de ses actions l’association cherche à donner de la visibilité aux femmes dans tous les domaines et notamment la recherche.

 

Dans ce numéro, nous avons souhaité interroger la thématique « de l’art et desfemmes ». Quels sont leurs liens ? Les femmes ont-elles toujours été considérées comme des artistes ou bien simplement comme des « objets » à recréer ? De la préhistoire à l’Antiquité, les femmes sont représentées comme des déesses, des héroïnes. Elles ne sont cependant pas perçues comme des artistes.

Il faut attendre le XIXe siècle pour commencer à voir des femmes s’imposer comme artistes. Et c’est en poursuivant leurs combats que le XXe siècle leur ouvre les portes des rencontres avec le public.

Rappelons qu’en 1989, des affiches sont apparues dans les rues de NewYork. Elles ont été placardées par le groupe d’activistes féministes les Guerrilla Girls. Elles souhaitent ainsi interpeller les passants. Sur les affiches nous pouvions lire : « Faut-il que les femmes soient nues pour entrer au Metropolitan Museum ? Moins de 5% des artistes de la section d’art moderne sont des femmes, mais 85% des nus sont féminins ». Dans ce numéro nous avons souhaité donner la parole autant à des chercheuses qu’à des femmes artistes. Toutes témoignent de la difficulté à être (artiste). C’est cela l’empêchement. A la fois visible et invisible.

 

Ont participé à ce numéro : Marie-Elisabeth Bagi, Isabelle Bene, Anne- Claire Boshâ, Sonia Bressler, Michelle Brieuc, Hélène Bruller, Yvette Cagan, Anne Sophie Coppin, Anne Creissels, Catherine Lopez Curval, Pierrette Germain-David, Christine Jolly, Suzanne Larrieu, Fanny Levy, Claude Mesmin, Karin Müller, Anne Rougée, Erica Mancel Salino, Maria Giuseppina Scanziani,Valérie Simonnet, Catherine Stoessel.

 


Carmelo Zagari pour la Galerie Les Chantiers Boite Noire

C’est un mercredi de la fin du mois de janvier. L’hiver est déjà là. Les routes sont plus sombres, le froid parcourt les bas-côtés. La pluie hésite à venir en cette fin d’après-midi. Elle est là cachée dans le gris.

Il me faut compter une heure de marche pour rejoindre la rue de Seine.

Mes pas sont lourds, ils manquent de naïveté. Ils ont la lucidité des années, la certitude des trottoirs rectilignes. Peu à peu entre les feux rouges, les souvenirs de joies intactes, se dessine le rendez-vous avec Carmelo Zagari. Quel étrange rebond nous pousse à cette rencontre ?

Par étrange, il faut entendre étrangeté. L’étrangeté a une douceur estivale.

Elle pourrait être un parfum : celui de la peinture. Elle s’étale, au début par manque de moyens, puis elle devient une signature. C’est cela le style de

Carmelo Zagari, une peinture toute en étrangeté, toute en subtilité. Elle est une fragilité immense. Une quête d’équilibre en un point de bascule. Là naît l’onirisme.

Download
Sur Carmelo Zagari
Carmelo Zagari | galerie lesChantiersBoi
Adobe Acrobat Document 87.9 KB

Julien Friedler-Spirit of Boz : Be Boz Be Art

  • ISBN : 978-2-36336-200-1
  • PAGES : 70
  • FORMAT : 145 x 210
  • PARUTION : 05/2015
  • COLLECTION : Carnets d’artistes
  • PRIX : 20 €
  • Livre bilingue

En 2006, Julien Friedler fonde l’association Spirit of Boz. Elle promeut l’art contemporain et la création collective autour du Boz.

Elle est financée par la vente des œuvres de Julien Friedler, les adhésions et le mécénat. Elle développe un programme intitulé Be Boz Be Art.

À travers le monde, Spirit of Boz cherche les nouvelles pratiques artistiques et à leur donner une visibilité.  En respectant l’esprit insufflé par Julien Friedler, l’équipe collecte des traces d’expressions artistiques. De Loncopue au Togo, en passant par Java, la Chine, l’Argentine, etc., toutes les œuvres collectées donnent naissance à de nouvelles expressions.

Nous vous présentons ici les œuvres recueillies autour du monde et sélectionnées pour figurer dans la collection permanente de l’Association.

 

In 2006, Julien Friedler founded the association Spirit of Boz. It promotes contemporary art and the collective creation around the Boz.

It is funded by the sale of Julien Friedler’s works, membership and sponsorship.  The association develops a programme called Be Boz Be Art.

Spirit of Boz looks for new artistic practices around the world and gives them visibility. Respecting Julien Friedler’s intent, the team collects traces of artistic expressions. Loncopue to Togo, across Java, China, Argentina, all the collected works are exchanged and give birth to new expressions. The Boz becomes a gathering place, a new way to charm the world. Here we present the works included in the permanent collection of the association.


Nouveaux territoires de l'Art

  • Editeur : Sujet/Objet
  • Parution : 01/09/2005
  • Nombre de pages : 295
  • ISBN : 978-2914981279

Au centre des villes comme à leurs périphéries, au Nord comme au Sud, se développent des " Nouveaux Territoires de l'Art ". Friches, laboratoires, fabriques, lieux éphémères, espaces intermédiaires, ils sont autant de projets singuliers au sein desquels s'inventent des expérimentations fécondes et de nouvelles pratiques. Si les NTA échappent à toute tentative de modélisation, ils partagent l'urgente nécessité de repenser notre rapport à l'art et de replacer les artistes au cœur des villes, dans le quotidien des habitants. Ce nouveau paysage se construit jour après jour, à force d'échanges, de partages et d'innovations. Pour la première fois, les réflexions de plus de quatre-vingt acteurs de ces NTA sont rassemblées en un seul ouvrage. Venus de plus de quatre-vingt pays, artistes, porteurs de projet, intellectuels, architectes, techniciens, élus confrontent leurs expériences et leurs points de vue. L'enjeu est de taille, à la fois politique, culturel, social, urbain, économique et bien sûr artistique. C'est une " nouvelle époque de l'art ", vivante, humaine et citoyenne.


Sur Julien Friedler

En allant dans l'atelier de Julien Frielder, je me suis promenée dans ses oeuvres... Fil des sentiments artistiques, au fil des idées. Images et réflexions partagées...

Download
Julien Friedler, témoins du siècle
JulienFriedler.pdf
Adobe Acrobat Document 15.4 MB

Ciro RizZ0

(c) Ciro Rizzo
(c) Ciro Rizzo

Une surface aux couleurs de son Italie natale dévoile, chez Ciro Rizzo, la mystérieuse porte par où passer d’une temporalité à une autre : d’une actualité à un temps révolu, à un futur. Chacune de ses toiles se fait ainsi l’écho d’un devenir.

Il n’existe que très peu de notion qui soit plus ample et plus essentielle que celle de devenir. Nous sommes tous fascinés par l’étonnant spectacle que nous offrent la diversité et le changement dans la nature, dans la pensée ou au sein même de notre quotidien. Et, faute de pouvoir en apporter une définition adéquate, nous la désignons en faisant appel à l’une de ses modalités concrètes : mouvement, altération, etc.… Ceci nous incite à nier l’existence effective du devenir au même titre que celle des objets qu’il affecte, et, à ne les tenir que pour de vulgaires apparences ; la réalité se trouvant tout entière détenue par l’être dispensé du devenir : l’être de la permanence. Ne sommes-nous pas alors obligés d’exiler le « devenir » en un au-delà, loin de notre monde concret, en un inaccessible où tout est (sans naître ni périr) ?

Même si nous réduisons le devenir à une simple apparence, les interrogations qu’il soulève ne s’estomperaient pas. Car, la variété de ses formes invite à mettre en question l’unité de son principe, et, à rechercher les conditions de sa possibilité et de son intelligibilité.

Face au destin, nous nous interrogeons, et, nous n’admettons pas que le philosophe tienne en suspens le monde. Le peintre, lui, est libre, il n’a aucun devoir d’appréciation sur le monde. C’est, précisément, dans l’interstice de cette liberté, sa liberté, que Ciro Rizzo nous invite à un étonnant voyage. Un espace où il est, sans conteste, le souverain. Un lieu qui symbolise une perpétuelle remémoration du monde (tel qu’il est, était, sera), à l’aide de ses yeux et de ses mains. Cette force du voir et du toucher métamorphose chaque toile en un murmure, en un souffle de vie.

Afin de rendre compte de cette fragilité qui caractérise toutes ses œuvres, il nous faut leur accorder un regard, une écoute qui soient en résonance avec leur rythme dimensionnel. Comme l’explique Ciro Rizzo : «ce que je peins je le suis au moment même où je le peins, je fais corps avec mes toiles ». Dit autrement, il nous faut gagner les éléments formateurs sans abolir leur essentialité. Nous devons donc nous fondre dans l’intimité des toiles afin de ne pas laisser s’échapper la moindre émotion qui s’y origine.

Download
Ciro Rizzo par Sonia Bressler
Article complet sur Ciro Rizzo paru dans le catalogue de la galerie IO (Rennes) 1999
CiroRizzo_SoniaBressler.pdf
Adobe Acrobat Document 116.7 KB

The first "Night of Boz"

Download
The night of Boz in few pictures
nuit_boz.pdf
Adobe Acrobat Document 3.9 MB